Le Mondolkiri- Éléphants, échaffaudage et 20 ans


J’arrive à Sen Monorom dans la province du Mondolkiri à l’est du Cambodge. Vu le peu de temps qu’il me reste avant la nuit, je décide de faire un tour de la ville qui n’est pas bien grande mais qui s’avère être agréable. Le bon équilibre entre une animation suffisamment intéressante pour que je l’apprécie et quelque chose de pas trop étouffant pour que je ne la mette pas sur ma blacklist. Lors de cette petite balade, mon appareil photo croise le regard d’ouvriers travaillant sur un échafaudage en bois. Un d'eux me fait signe de monter. N’ayant pas une extrême confiance en ces planches, je refuse… Mais la curiosité prenant le dessus sur la sécurité, je finis par les rejoindre. Une fois en haut, je ne vous cache pas que mes jambes tremblaient. Tandis que je me déplace avec prudence et lenteur, eux se déplaçaient naturellement sur ces planches au dessus du vide avec les bras chargés de bois ou de ciments. Un captivant travail de funambule. 

Le lendemain, nous sommes le 7 août,  jour de ma venue au monde et donc jour de mon vingtième anniversaire. Pour marquer le coup je me paye une journée de Trek avec des éléphants. Alors avant que tu t'indignes en clamant haut et fort que ceci est de l'exploitation animale, que ces pauvres bêtes sont torturées dès leur plus jeune âge et blablablablablabla... laisse moi t'expliquer : ces éléphants appartiennent à la communauté Bunong, une des nombreuses ethnies peuplant le Cambodge. Les Bunong considèrent ces bêtes au même niveau que l'homme et vivent avec eux depuis plusieurs générations. Donc aucune nacelle de plus de 100 kilos ne sont posées sur leur dos, et personne ne les chevauche. Ensuite, ces éléphants vivent la plupart du temps en liberté dans la jungle. Les Bunong vont les chercher pour ce genre de journée et durant une partie de l'année pour des fins agricoles. Certes on peut se poser la question si ces animaux ne sont pas maintenant utilisés à des fins touristiques. Et bien oui et non, dire le contraire serait mentir mais contrairement à certains centres qui proposent aux visiteurs de cajoler ces bêtes pendant une journée et où les éléphants ne sont même pas en liberté, ici les animaux font un peu ce qu'ils veulent et gardent une part importante de liberté. Un d'eux n'a pas hésité à me balancer un peu de boue , et à plusieurs reprises leur "maître" a essayé tant bien que mal de les ramener sur le chemin. Bien, ami animaliste, maintenant que tu es calmé on va pouvoir poursuivre. 

Durant la journée nous marchons à côté des éléphants, quand ils voulaient bien avancer. Ces animaux paraissent défoncés à longueur de journée, mais au lieu de fumer ils mangent, entre 150 et 200kg par jour pour cela. Pour  surtout ne pas aller trop vite, on avance de 20 mètres puis on s'arrête pour manger, on repart pour 30 mètres et on se tartine de boue pour se rafraîchir. Hormis l'hilarité de cet animal, il reste juste imposant, on se sent tout petit à côté du plus gros mammifère terrestre, mais quel plaisir de pouvoir le côtoyer d'aussi près.  

Après une pause en pleine jungle pour manger un plat toujours aussi bon et un peu trop consistant nous nous dirigeons vers la rivière.  La traversée de cette rivière est assez épique,  je vous laisse avec les photos.

Une fois la rivière atteinte, les éléphants vont à l'eau et se laissent masser par le courant tandis que je lutte pour rester debout. Je suis donc dans l'eau, à moins d'un mètre d'un éléphant et le moindre de ses mouvements ne me rassure pas forcément. Se faire marcher dessus par cette bête ne doit pas être une  chose très agréable ou amusante. Le moment de la baignade reste très amusant, et tandis que les quelques enfants présents lors de cette journée s'amusent à les laver avec une brosse, je préfère observer ces bêtes, qui me font beaucoup trop rire, au bord de la rivière. Nous finissons la journée et nous rendons au village Bunong pour en faire le tour et passer un petit moment avec les enfants du village. 

Le soir même, le patron de la guesthouse, qui parlait français, me fit la surprise d'un petit gâteau d'anniversaire avec la fameuse bougie en son centre (vous pensez quand même pas que je n'allais pas souffler pour mes 20 ans ?). Il prépara aussi un délicieux guacamole pour toute la tablée de français que nous étions. Oui, le Cambodge est envahit, une deuxième fois, par les français, donc pas bien difficile de trouver des compagnons pour boire de la bière et partager quelques parties de billards . 

Pour mon dernier jour ici, je loue un scooter pour me promener dans la région. Cascade gigantesque, paysage aux vallons faisant penser à la Toscane, route traversant la jungle et plateau ressemblant à une savane africaine se succèdent tout au long de la journée. Une belle journée en somme !

Ces quelques jours bien plaisant au Mondolkiri se finissent de la sorte et je mets le cap au nord ouest du pays vers Banlung et le Ratanakiri.

Écrire commentaire

Commentaires: 0

POURQUOI CE BLOG ?

Romain, 19 ans et l'une de mes passions se trouve être le voyage.

Accroché à la notion de partage dés mon plus jeune âge,j'ai décidé de créer ce blog pour que vous puissiez me suivre à travers mes aventures. Mon but est de vous communiquer les sentiments, émotions et réflexion que l'on peut avoir en voyage. J'essaierai de vous emmener avec moi grâce à des récits de voyage, des conseils et astuces, des photos, et même des vidéos. Le but de ce blog est aussi de te donner envie de voyager, de te faire découvrir de le monde pour que tu partes à sa rencontre par la suite.

BLOG VOYAGES      MES DESTINATIONS         PHOTOS        QUI SUIS-JE?    

Rejoins mes réseaux Sociaux

FACEBOOK

INSTAGRAM