Thakhek : 3 jours de moto au Laos


La première vison que j’ai de Thakhek est sa gare routière avec ses jeunes s'amusant en scooter à 2h du matin. Assez surprenant le nombre de personnes à un endroit pareil pour cette heure. Pourquoi j’arrive à une heure pareille ici ? Voilà une différence entre une heure de bus annoncée et l’heure à laquelle on arrive, mais ce n’est pas ce que vous croyez... Aucun retard cette fois-ci, mais 3h d’avance…  Quel comble pour les bus laotiens.! Ne voulant pas prendre un hôtel pour dormir la moitié d’une nuit, je passerai le reste de la soirée sur un banc de la gare. Une expérience comme une autre en somme. Il est environ 7h et après un petit déjeuner, je file à l’auberge pour m’écrouler sur un lit. Étant un peu malade je ne ferai rien d’autre de la journée. 

Si je suis venu à Thakhek ce n’est pas pour visiter les bancs de la gare mais pour commencer une boucle de 3 jours en moto ; sauf que je ne suis jamais monté sur ce genre d’engin. Je rencontre un espagnol à l’auberge qui est aussi là pour cette fameuse boucle. Nous décidons de partir ensemble pour les 3 prochains jours. Comme je vous le disais, je n’ai jamais conduit de moto et voilà que je m’apprête à partir 3 jours dans la cambrousse laotienne. De quoi donner des cheveux blancs à mon père. Par soucis économiques et sur le conseil de différentes personnes, j’opte pour une semi-automatique. La conduite s’avèrera relativement simple et après quelques kilomètres je maîtrise cette chose sans trop de soucis. Je me rends compte à quel point cela peut être jouissif de se déplacer d’un  point à un autre par ses propres moyens, sans l’intermédiaire d’un bus, d’un train, d’un taxi ou même en stop. Quand vous contrôlez ce qui vous fait avancer, le sentiment de liberté est d’autant plus grand et vous êtes le seul maître des choses.

Le premier jour, nous roulons pendant 4h. Les grottes, lacs et cascades jalonnant la route, ponctuent nos arrêts. La première partie de route consiste en de longues lignes droites bordées par des pics karstiques, si représentatifs du Laos, s’élevant vers le ciel. La fin d’après-midi nous attaquons une route sinueuse pour atteindre un plateau avec une immense zone inondée par la construction d’un barrage. Des centaines d’arbres morts, dépourvus de feuilles attendent patiemment sur ce lac artificiel. 

Durant la deuxième journée nous nous enfonçons dans les endroits les plus perdus du Laos, personne d’autre que nous sur la route, nous traversons les villages des plus reculés. Les enfants sur le bord des routes nous font de grands sourires en nous saluant. Par curiosité, nous empruntons une piste partant sur le côté, à moitié inondée. La moto glisse et s’enfonce dans des flaques recouvrant mes chevilles. Nous arrivons dans un lagon d’une couleur azur. Seul des Laos se baignent et travaillent. La baignade est inévitable, je plonge dans l’eau froide et turquoise bordée d'arbres. Les Laos se trouvant là nous font signe de les rejoindre pour partager leur repas. Mais avant toute chose, ils nous servent du LaoLao (alcool local). Reprenant la moto après, je refuse. Leurs visages montrent une certaine déception et un petit énervement. Personne ne nous propose à manger,...c’est alors que je comprends à quel point l’alcool peut être un facteur d’intégration en société ! Je reviens sur ma décision et j’enfile deux shots de suite, Manu avec qui je partage la route fait de même... Et voilà que nous avons tout ce que nous voulons : poisson grillé avec des épices et du riz, un vrai délice !

 

Nous reprenons la route jusqu’à Konglor, village où nous passerons la nuit. La dernière heure de route, la pluie nous tombe dessus et c’est à ce moment là que la route devient mauvaise. Pour 50 mètres d’asphalte, 15 mètres de piste avec nids de poule. Konglor se trouve au fond d’une vallée entourée par des rizières vertes fluorescentes et encerclées par des montagnes. Un cadre aussi magnifique que photogénique. 

Pour le dernier jour, levés aux aurores pour aller voir la grotte de Konglor et pour éviter les cars de touristes, nous sommes les premiers arrivés ! Certainement l’une des plus grosses grottes du pays, nous devons prendre un chauffeur de pirogue pour pénétrer à l’intérieur et remonter les 8 kilomètres de rivière traversant la cavité. Nous sommes dans le noir le plus total, seules les lampes torches données à l’accueil créées un faisceau lumineux ridicule face à cette immense noirceur. Après 30 minutes, nous ressortons de l’autre côté , et arrivons en pleine jungle. Seulement deux habitations sont posées au bord de la rivière. Nous repartons dans l’autre sens pour replonger dans les ténèbres. En sortant définitivement de cette grotte j’éprouve un certain soulagement: rester 30 minutes dans le noir avec un chauffeur semblant perdu par moment ne m’a pas rendu tout à fait serein. Je déconseille évidemment cet endroit à toutes les personnes claustrophobes et dormant encore avec une lumière allumée. Nous finirons la journée à rouler avec en prime une bonne heure sous la pluie.  Nous arrivons à Thakhek, trempés jusqu’aux pieds. La boucle est bouclée et sans une égratignure. Mon père peut être rassuré!! 

 

 

Écrire commentaire

Commentaires: 1
  • #1

    valerie (mardi, 24 juillet 2018 11:24)

    bonjour,
    dommage qu'on entende assez mal tes commentaires sur les vidéo, et que les images soient un peu hachées parfois mais on comprend ton émerveillement devant de si beaux paysages et l'ouverture à des cultures très différentes des notres.
    tu fais un super voyage, on apprécie les photos et surtout la démarche (parole de vieux routards - tour du monde dans les années 80)
    actuellement retraités, on continue sac à dos trois mois de voyage l'hiver;
    bientot laos et cambodge et "encore" un peu le vietnam qu'on a découvert l'année dernière et qu'on a adoré. Tu n'y es pas allé ????? pourquoi donc ......
    Continue cette ouverture sur le monde.......et remplie toi la tête de toutes ces cultures
    bon vent à toi pour les prochaines destinations

POURQUOI CE BLOG ?

Romain, 21 ans et l'une de mes passions se trouve être le voyage.

Accroché à la notion de partage dés mon plus jeune âge,j'ai décidé de créer ce blog pour que vous puissiez me suivre à travers mes aventures. Mon but est de vous communiquer les sentiments, émotions et réflexion que l'on peut avoir en voyage. J'essaierai de vous emmener avec moi grâce à des récits de voyage, des conseils et astuces, des photos, et même des vidéos. Le but de ce blog est aussi de te donner envie de voyager, de te faire découvrir de le monde pour que tu partes à sa rencontre par la suite.

BLOG VOYAGES      MES DESTINATIONS         PHOTOS        QUI SUIS-JE?    

Rejoins mes réseaux Sociaux

FACEBOOK

INSTAGRAM